Cette rubrique, « Éclats de Dires », créée le 13 Janvier 2013, accueille de petites infos ou constructions culturelles mises en place par les Lecteurs et visiteurs de tous âges de ce site.

Elles peuvent concerner une nouvelle de l’actualité qui les ait frappés, en France et/ou au Brésil, une phrase d’un livre qui les ait émus ou fait réfléchir, une astuce de cuisine qu’ils aient trouvé géniale, une exposition à voir absolument, un film qui les ait intéressés, une pièce de théâtre, une musique, un paysage, une étoile,…

Des « Dires », donc, qui, généreusement partagés en mots ou en couleurs, puissent contribuer à la diffusion éclatante de la culture…

Chacun sera signé par son auteur.

 

 

 

 

                                                                                        Bertille, 4 ans

               ___________________________________________________________
___________________________________________________________ 

 22 Décembre
 

Z A Z       «  on ira »

 

On dira que les rencontres font les plus beaux voyages
On dira qu’on ne mérite que ce qui se partage
On entendra chanter des musiques d’ailleurs
Et l’on saura donner ce que l’on a de meilleur

 

Oh qu’elle est belle notre chance
Aux mille couleurs de l’être humain
mélangée de nos différences
A la croisée des destins ……

 

 

Sa voix est étonnante, particulière …..

ZAZ , née en 1980, est une chanteuse française, qui aime associer dans ses musiques jazzy, variétés, soul et acoustique.

En décembre 2013, elle a été nominée aux NRJ Music Awards.

 

 Présentée par Malou de Alberti

 

 

 __________

23 Novembre
 
Georges Lautner

Né le 24 Janvier 1926 à Nice, le scénariste et réalisateur Georges Lautner nous a quittés hier.

Ses polars remplis d’humour ont connu un grand succès auprès du public. Parmi tous ses films devenus cultes, citons Les Tontons flingueurs, Il était une fois un flic, La grande sauterelle, Les Seins de glace, Ne nous fâchons pas, Le Septième Juré,…

 

 

 

 

http://www.youtube.com/watch?v=_hBvColZ91Y

 

Choix F. I.

 __________

18 Novembre
 

RIO AO VIVO vous emmène directement à Rio de Janeiro.

 

 

Fernando ALVES  à la guitare et au chant, accompagné de Marcio De Oliveira et Leleco Do Salgueiro au chant et aux percussions ainsi que de Pascal BALESTRA au cavaquinho, interprètent des sambas traditionnelles et les compositions de Fernando nous offrant une ambiance « carioca »  intemporelle et authentique..

Venez-vous immerger dans cette ambiance de rythme et de danse.
Attention : la samba est contagieuse !

Sur réservation au 04 93 14 34 28 : 12 €.
ou sur les billetteries en ligne weezevent, moxity, billetreduc

 http://www.weezevent.com/rio-ao-vivo-2

Tarif réduit étudiants, chômeurs 11 €
Sans réserver, dans la limite des places disponibles, sur place le soir même : 15 €
Tarif réduit, étudiants, chômeurs : 12 € sur présentation de la carte

 

 

 

 

__________ 

25 Octobre
 
Fête d’Halloween ou Dia do Saci ?
 
En quelques mots :

  • Halloween (contraction de All Hallows Eve = The eve of All Saints’ Day = La veille de la Toussaint) serait un héritage d’une fête celtique païenne, la Samain (sorte de fête du nouvel an) ;
  • Elle est introduite en Amérique du Nord par les émigrants irlandais et écossais : le symbole originel, un navet creusé en forme de crâne contenant une bougie – pour commémorer la légende de « Jack à la lanterne », un personnage avare et égocentrique condamné à errer éternellement dans l’obscurité entre l’enfer et le paradis – y est remplacé par une citrouille, légume plus large et plus facile à sculpter que le navet ;
  • Avant que cette fête d’Halloween ne soit récupérée en France à la fin des années 90, il existait déjà en Bretagne et en Lorraine une tradition pratiquée par les enfants, consistant à creuser des betteraves afin d’en construire des lampions à tête humaine… qui seraient pour eux une sorte de représentation effrayante des êtres de l’Au-Delà ;
  • Au Brésil, pour contrer l’influence américaine, le gouvernement a créé en 2003 le « Jour du Saci » (Dia do Saci), fêté également le 31 octobre, date d’Halloween. Le but est de rendre hommage à un personnage du folklore brésilien.
    Saci est le prénom d’origine tupi d’un petit garçon noir devenu unijambiste à la suite d’une lutte de capoeira. Il fume la pipe et porte un bonnet rouge doté de pouvoirs magiques, le même que celui d’ un personnage du folklore du nord du Portugal. Saci peut ainsi disparaître ou apparaître où bon lui semble. Il est très espiègle : remplace le sucre par du sel ou vice-versa, déconcentre les cuisinières qui laissent brûler leurs plats, fait égarer les voyageurs,…

 F. I.

__________

24 Octobre

Il sort enfin au Brésil … (mais pas encore en France !)

Fireweb : LG lance son smartphone équipé du Firefox OS

Information transmise par Jean-Paul Louis-Lambert

__________

16 Octobre
 
Grands Prix 2013 de la Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique (SACEM)

Gilberto Gil : Grand Prix 2013 des musiques du monde

Étienne Daho : Grand Prix 2013 de la chanson française
 


 

Réalisateur : Dominique Dreyfus
Date de sortie : 2010
Producteurs : Yves Billon
Co-production : Arte Zaradoc

Publiée le 30 avril 2013

 

 

Les Dieux vivants ne sont guère légions. Dans son Brésil natal, Gilberto Gil en est un. A 70 ans, le musicien engagé, figure majeure du mouvement tropicaliste qui passera plusieurs mois dans les geôles de la dictature militaire brésilienne en 1969 et se retrouvera Ministre de la Culture du président Lula entre 2003 et 2008, s’est lancé dans un long périple afin de promouvoir la diversité culturelle dans un monde globalisé. De Bahia où il vit le jour en juin 1942, Gil s’est rendu dans les territoires aborigènes d’Australie, puis dans les townships d’Afrique du Sud pour terminer son périple au cœur de l’Amazonie brésilienne. Une aventure filmée par le cinéaste suisse Pierre-Yves Borgeaud et devenue « Viramundo », superbe documentaire qui [est sorti] en salle le 8 mai. Au fil des rencontres et des concerts se dévoile la vision de Gilberto Gil d’un futur pluriel et interconnecté, riche d’espoirs, d’échanges et évidemment de musique. De passage à Paris, il revient sur les moments forts de ces rencontres dans l’hémisphère sud, évoque son rapport aux nouvelles technologies ainsi que l’origine de ses compositions, d’hier comme d’aujourd’hui.

Propos recueillis par Marc Zisman

 

 

__________

11 Octobre
 
Montmartre aux Artistes

 

 

 

 

LA PLUS GRANDE CITÉ D’ARTISTES D’EUROPE CÉLÈBRE L’AMOUR À L’OCCASION DES JOURNÉES PORTES OUVERTES 2013    

Projet issu de la mobilisation des premiers artistes résidents, la Cité des artistes de Montmartre inaugure en 1933 la première édition des journées Portes Ouvertes de Montmartre aux Artistes. Lieu emblématique du paysage Montmartrois, la Cité Montmartre aux Artistes, réalisée par Adolphe Thiers en 1924, est désormais la plus grande cité d’artistes d’Europe qui demeure un îlot singulier de l’architecture de la rue Ordener et de Paris.

Terre d’accueil des artistes, la Cité abrite cent quatre vingt ateliers répartis sur trois immeubles de six étages séparés par trois cours et agrémentée de jardins.

 

À l’occasion du 80ème anniversaire des journées Portes Ouvertes, Montmartre aux Artistes soufflera ses bougies en partenariat avec la Fête des vendanges de Montmartre sous un thème commun : Montmartre fête l’Amour!

 

Du 12 au 13 octobre 2013, les artistes vous invitent à déambuler de coursives en étages à la découverte d’un parcours initiatique hors du commun. Lieux étonnants de la création contemporaine, les ateliers dévoilent leurs secrets dans une ambiance intimiste et chaleureuse.

De la peinture, la sculpture, à la musique et la comédie en passant par la poésie, un dialogue entre les arts s’engage et s’étend à toute la cité : œuvres in situ, parcours poétique, jardins à sculptures, projections, concerts et chorales rythmeront ce rendez-vous annuel.

 

Avec le soutien des riverains, de la Mairie de Paris et de Paris Habitat, l’ALMA, association des Locataires de Montmartre aux Artistes, organise cette rencontre avec le public et les amateurs d’art ; un rendez-vous de proximité et de convivialité.

L’association ouvre régulièrement les portes de la Cité : «C’est notre façon d’ouvrir une fenêtre sur l’extérieur et d’exister » explique le réalisateur Romain Goupil, lui même résident de la cité et amoureux des lieux » se qui contribue à faire vivre le lieu.

 

Pour ces artistes, c’est un véritable engagement qui participe chaque année à promouvoir le patrimoine historique et artistique de la Cité autour d’un moment unique et chaleureux de découvertes et de rencontres.

 

 

Cité Montmartre aux Artistes / Journées Portes Ouvertes 2013 12 au 13 Octobre 2013

Vendredi 11 Octobre 2013 : Soirée de vernissage De 18h00 à 21h00

Samedi 12 et Dimanche 13 Octobre De 11h00 à 21h00

189 rue Ordener 75018 Paris

EN PARTENARIAT AVEC

Fête des vendanges de Montmartre

IESA: La grande école des Métiers de la Culture

Paris Habitat

Mairie du 18ème arrondissement

ASSOCIATION ALMA

187-189 rue Ordener
75018 Paris
Tél: 01.42.54.02.95
Mail: info@montmartre-aux-artistes.org
__________

19 Septembre
 
Témoignage de vie

De Filomena, j’ai reçu une information évoquant un prochain concert à l’Espace Magnan de Nice, vendredi 20 septembre. Il s’agit peut-être de ces splendides musiciens :

Très féru de Jazz et véritablement adepte de Bossa Nova, je ne voudrais en aucun cas manquer ce rendez-vous sur scène, ce qui est encore plus intense.

Ceci me rappelle mes très jeunes années ’50 durant lesquelles mon père, navigant à Air France, rapportait du Brésil d’introuvables ’33 tours’ de Bossa Nova et de Samba en France, ainsi que d’autres standards de Jazz américain car il voyageait sur tout ce continent. J’aimais aussi énormément les Mariachis mexicains et je crois qu’ils avaient franchement ma préférence. J’ai véritablement été bercé par tous ces rythmes qui m’ont inconsciemment donné le goût de la percussion, de la batterie et de la guitare basse.

Et finalement la première fille que j’ai vraiment connue et aimée… en rêve,  c’était celle d’Ipanema 🙂 !

Ce qui suit est une anecdote absolument incroyable mais pourtant véridique car confirmée par mon frère aîné.

Marcel Cerdan devient champion du monde des poids moyens en battant le roi du K.O. Tony Zale, le 21 septembre 1948 par K.O., à la 12e reprise.

Plus tard, blessé à l’épaule, il est contraint de laisser sa ceinture à Jake La Motta, à Détroit, le 16 juin 1949. Une revanche est prévue le 2 décembre 1949 au Madison Square Garden de New-York.

Le 27 octobre 1949, Cerdan prend le vol Air France Paris-New-York, pour sa revanche contre Jake La Motta. L’avion ‘Constellation’ immatriculé F-BAZN décolle de l’aéroport d’Orly à 20 h 05 avec 11 membres d’équipage et 37 passagers. Une escale est prévue sur l’île de Santa Maria (Açores). Il s’écrase dans la nuit du 27 au 28, sur le Pico de Vara, une montagne de l’île São Miguel, dans l’archipel des Açores. Il n’y a aucun survivant. Tout cela est bien connu et appartient désormais à l’Histoire.

Ce qui l’est beaucoup moins c’est qu’un steward de 30 ans, passionné de boxe comme tous les garçons de son âge, avait auparavant sympathisé avec ‘Le bombardier marocain’, probablement lors d’un vol précédent. Il se faisait une joie de l’accompagner vers le ‘MSG’ pour le voir combattre ; peut-être avait-il obtenu une invitation. Pour d’obscures raisons de service, ce steward a été avisé pratiquement au dernier moment du changement de planning de ce ‘courrier’ (en mémoire de l’Aéropostale, tous les vols d’A.F. s’appellent encore ainsi aujourd’hui) et est resté cloué au sol.

Il en a conçu une véritable frustration et une colère non dissimulée adressée aux ‘décideurs’ en des termes très aquitains qui n’ont certainement pas dû contribuer ensuite à sa progression de carrière. Mais il était ainsi et n’a jamais changé.

Ce jeune steward était mon père. S’il avait embarqué sur ce vol, je ne serais pas à mon clavier pour vous raconter ceci, aujourd’hui.

Certains disent que « Les Voies du Seigneur sont impénétrables »…

 

 

Dominique Vignau

 

 

__________

 

27 Août

Championnats du Monde de Judo à Rio : 26.08.2013 – 01.09.2013

__________

11 Juillet

Reportage sur Antoine Soave, de « Saveurs & Anthocyanes »

L’émission « Dans les yeux d’Olivier » du 1er Août prochain, à 22h15, sur France 2 sera consacrée à notre ami Antoine Soave, membre de Brasil Azur et notre partenaire pour certains de nos Chocolats littéraires des Quatre Saisons.

Tous ceux qui seront en France à cette occasion pourront donc apprécier un témoignage et des extraits d’un parcours de vie sans doute remarquables.

 

Communiqué de presse

 

Olivier Delacroix reprend la route pour la troisième saison du magazine « Dans les yeux… », sur France 2. Il part à la rencontre de ces Français dont les histoires personnelles le passionnent. Il tente, en leur accordant cette écoute bienveillante qui est sa marque de fabrique, de comprendre pourquoi leurs histoires si personnelles et si particulières parlent de chacun de nous et nous touchent profondément.

Dans le numéro programmé jeudi 1er août à 22h15 :

Spécial « Survivre à son enfance »

Dans ce nouveau numéro, Olivier s’intéresse à ceux qui ont connu une enfance sans leurs parents, à ceux et celles qui n’ont pas eu la chance d’être aimés. Olivier a voulu savoir comment on pouvait « survivre à son enfance ». Il a donc donné la parole à ces enfants désormais adultes qui ont été battus, placés ou abandonnés alors qu’ils étaient encore tout petits. Ces hommes et femmes ont accepté de dévoiler avec pudeur leur histoire en lui racontant comment ils se sont construits seuls, en dépit des coups et de la violence.

Antoine dirige une cave à vins réputée à Nice. Pourtant son départ dans la vie fut des plus tragiques : 3 jours après sa naissance, son père meurt dans un accident du travail. Un drame que sa mère et son frère, très superstitieux, attribuent à l’arrivée de ce bébé. Antoine représente, à leurs yeux, la malédiction, le mauvais esprit. Considéré comme « le chat noir », il devient un enfant martyr, humilié, battu par sa mère et son frère. Antoine raconte à Olivier comment son passage dans un foyer « humain » loin de ses bourreaux lorsqu’il était enfant puis la rencontre avec sa compagne, lui ont permis de se construire et de mener aujourd’hui une vie presque normale en dépit de séquelles psychologiques.

http://www.programme-tv.net/videos/bandes-annonces/16164-dans-les-yeux-d-olivier-france-2-4-juillet/

 __________

20 Juin

d’ ECLATS  DE  DIRE   en   ECLATS  DE  RIRE !

 

Vous trouverez ci-joint,

dans cette lettre peu recommandable,

expédiée à la poste du hasard :

  • un pygama en tissus de lune,
  • un chewing-gum qui ne mâche pas ses mots,
  • un lit vertical pour dormir debout,
  • une prison sans barreaux, pour vous faire la belle,
  • une échelle qui monte jusqu’au ciel,
  • un paradis qui a perdu ses clés,

et le meilleur de tout

  • une pendule en pain d’épices qui ne sonne qu’à l’heure du goûter !

 

Ci-joints une enveloppe folle pour retour à l’envoyeur,

si idées et vues de l’esprit sont plus belles que celles-ci …

et un timbre oblitéré à l’encre de mes larmes de rire !

 

Ce pourrait être du Prévert …

C’est du Christiane Roux, dame de poésie,

Revu par Malou, amie du jour …..

 

__________

14 Juin

Banque des Brics

 

Le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud, pays émergents réunis au sein de l’organisation Brics, ont décidé lors d’un sommet à Durban, en Afrique d Sud, de lancer une banque pour financer des projets de développement.

L’établissement constituera un fonds de réserve de 100 milliards de dollars.

Les Brics envisagent ainsi de faire contrepoids à l’influence exercée par le FMI et la Banque mondiale depuis 1994 dans les règles d’attribution de prêts, explique El País.

Derrière ce projet se dessine leur volonté de créer un ordre international reflétant davantage la nouvelle puissance économique que leurs pays représentent. Ces derniers totalisent 43% de la population et 21% du PIB mondial.

La banque des Brics, à laquelle chacun des cinq pays versera d’abord 10 milliards de dollars, devrait couvrir les besoins de financement des nations en développement pour construire routes, ports, chemins de fer et réseaux de distribution d’énergie.

 

 

__________

13 Juin

São Paulo – Ville universelle

São Paulo se porte candidate pour accueillir l’Exposition universelle de 2020, rapporte El Economista.

Le mégalopole de plus de 20 millions d’habitants, qui pèse 12% du PIB du Brésil, espère ainsi – si elle est choisie – organiser pour la première fois un tel évènement en Amérique latine. Fernando Haddad, le maire, compte sur le succès prochain du Brésil dans l’organisation de la Coupe du Monde de football en 2014 et des Jeux Olympiques à Rio en 2016 pour faire valoir une nouvelle candidature du pays à une manifestation mondiale.

Ses concurrents sont Izmir (Turquie), Ayutthaya (Thaïlande), Ekaterinbourg (Russie) et Dubaï (Émirats arabes unis).

 

 

 

 

__________

10 Juin

Tour solaire pour les Jeux olympiques de 2016 – à Rio de Janeiro…

 

Le défi était de concevoir une structure verticale située sur l’île de Cotonduba qui en plus de servir de tour d’observation deviendrait aussi un symbole de bienvenue pour les arrivants à Rio, soit par mer ou par les airs, une fois qu’elle aura été ville-hôte des Jeux olympiques de 2016.

Conçue par le cabinet RAFAA  Architecture & Design, dont le siège social est à Zurich en Suisse, on la nomme « Solar City Tower ». Cette structure a été choisie en réponse à la proposition initiale et elle possède le potentiel de générer de l’énergie suffisante non seulement pour la cité olympique, mais aussi pour une partie de la ville même de Rio.

Sa conception fait en sorte qu’elle emmagasine l’énergie solaire pendant le jour grâce à des panneaux situés au niveau du sol, pendant que l’énergie en excédent ainsi produite est canalisée pour pomper l’eau de la mer à l’intérieur de la tour, donnant l’effet d’une chute d’eau à l’extérieur.

Cette eau est simultanément réutilisée par des turbines qui ont pour but de produire l’énergie pendant la nuit.

 

Ces caractéristiques lui confèrent l’épithète de « tour génératrice », ce qui se veut une continuité de quelques résolutions prises durant le Sommet de la Terre des Nations-Unies de 1992 – ayant eu lieu à Rio – et contribue à promouvoir l’utilisation des ressources naturelles en matière d’énergie parmi ces habitants.

La tour possède également un amphithéâtre, un auditorium, une cafétéria et des boutiques accessibles au rez de chaussée d’où on peut prendre un ascenseur qui conduit aux divers observatoires ainsi qu’à une plate-forme rétractable pour la pratique du bungee.

 

 

Au sommet de la tour, il sera possible d’apprécier le paysage tout autour de l’île où elle sera érigée et sa chute d’eau deviendra un point de référence des Jeux de 2016 et de la ville de Rio de Janeiro.

Info reprise de « notre-planète.info » par Malou de Alberti

__________

20 Mai

Sonia Wieder-Atherton

Violoncelliste française, soliste pour l’Orchestre nationale de France et pour l’Orchestre de Paris, elle a été lauréate du Concours Rostropovitch en 1986. Ses remarquables mises en scène de ses concerts lui ont valu le Grand Prix Del Duca de l’Académie des Beaux-Arts.

 

 

Dans son dernier spectacle, Odyssée, pour violoncelle et chœur imaginaire, elle aborde la Méditerranée :

« Il m’est très vite apparu que dans mon imaginaire, la Méditerranée c’est d’abord une image. Celle d’une scène ronde, au parterre de sable chauffé par le soleil brûlant, entourée de gradins en pierre. Dans ce cercle, une femme seule, encerclée par la mer, parle, crie chuchote. A la terre, aux Dieux, à elle-même. Son Odyssée est une succession d’aventures au cours desquelles elle est confrontée au vent, aux vagues, au chaos, à la tempête, aux sanglots d’un homme, à un chœur imaginaire … Peut-être que cette femme c’est moi, et que sa voix serait celle de mon violoncelle. »

 Proposé par Anne-Sophie Freyre J.

 

 

__________

15 – 19 Mai

En direct de la Croisette…
… par Liliana Lindenberg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

__________

15 Mai

Festival de Cannes 2013

La 66e édition du Festival de Cannes se déroule du 15 au 26 Mai 2013. Le président du jury est Steven Spielberg et Audrey Tautou, la maîtresse de cérémonie.

L’affiche choisie pour cette édition rend hommage à Paul Newman, décédé en 2008, et à Joanne Woodward.

Elle a effectivement été réalisée à partir de la photo retravaillée des deux époux sur le tournage de A New Kind of Love, de Melville Shavelson.

Le vertige de l’amour ici représenté convierait le spectateur à vivre le cinéma comme un « désir sans fin ».

 

 

F. I.

__________

14 Mai

Dans le cadre de l’Année de la francophonie

 

__________

29 Avril

Bebop No Choro 

Bebop No Choro est né à Nice de la rencontre, à la maison du Bebop, de Fernando ALVES avec Sébastien CHAUMONT, bientôt rejoints par d’autres musiciens de Jazz. Il en est résulté la fusion de deux styles musicaux : Bebop et Choro.

Le Choro est considéré comme la première musique populaire urbaine typique du Brésil. Il a environ 130 ans d’existence. C’est un style riche en modulations. Sur un rythme animé et joyeux, il donne aux musiciens l’occasion de démontrer leur virtuosité en improvisant autour de la mélodie et en proposant des variations.

Sébastien CHAUMONT et Manu CARRÉ (saxophone), qu’on ne présente plus… Philippe GIULI (trompette) et Béla LORANT (trombone) tous deux membres du fameux Nice Jazz Orchestra, composent une synergie de « soufflants » haut de gamme.

Jean-Marc JAFET, bassiste émérite à la discographie impressionnante, a joué avec les groupes brésiliens des ÉTOILES et Marcia MARIA. Il a collaboré avec Richard GALLIANO,  Christian ESCOUDÉ ,  Babik REINHARDT, Khalil CHAHINE,  Michel JONASZ, et le groupe Offering de Christian VANDER sans oublier sa participation à l’Orchestre National de Jazz d’Antoine HERVÉ. Il a aussi fondé Trio Sud avec Sylvain LUC et André CECCARELLI.
Guitare et cavaquinho sont joués par Alvaro ESDRAS et Pascal BALESTRA.

Max MIGUEL à la batterie vient compléter cette « dream team », avec Jean-Luc DANNA et Fernando ALVES aux percussions.

 

 

Nice Art International

__________

27 Avril

Notre Histoire en 2 minutes!

Vidéo créée par Joe Bush

 

_______

21 Avril

Le Brésil est en tête de la liste
Comme nous l’avait annoncé et expliqué Jean-Paul Louis-Lambert (voir « Éclats de Dires » du 13 Janvier 2013),

 

 

______

18 Avril

Lucy Alves

 

 L’Hiver ayant été long et froid cette année, je vous invite à découvrir, en son et images, une jeune chanteuse et musicienne venue du Nord-Est du Brésil.

Elle s’appelle Lucy Alves et nous amène cette grâce qui chauffe les ambiances les plus glaciales

pour nous transporter ensuite vers la chaleur sensuelle de son pays natal

Dans cette dernière vidéo, accompagnée par Alceu Valença, elle interprète le xote « Numa Sala de Reboco » (l’un des succès du grand compositeur Luiz Gonzaga).

Le « xote » est à la fois un rythme musical à deux ou à quatre temps et une danse inspirée de la « polca » écossaise, mais adaptée au style lascif et sensuel des Afro-Brésiliens.

C’est de nos jours l’un des rythmes les plus joués et dansés au Brésil.

 

 

Filomena Iooss

__________
3 avril

Dans le cadre de l’Année de la francophonie

 

 

__________

2 Avril

Les Français sont des excellents skieurs !

« Faire les fous » sur les pistes, voilà un sport où excellent certains jeunes, sûrs sans doute de leur immortalité…

Lorsque Cédric Grand, champion du monde en 2007 et 2009, se joint à eux pour nous livrer sur la neige, en fin de parcours, un ballet tout à fait époustouflant, on ne peut que ressentir de l’émotion, du vertige et… qui sait ?… des courbatures dues aux efforts par contagion…

Parfait pour digérer les excès pascaux… et pour rendre jaloux nos amis au Brésil (qui, acrobates dans l’âme, sauront profiter à bloc de cette éducation de style) !

C’est parti !
(Pensez à agrandir l’écran)

 

EP4S3 – Bon Appétit – Papy fait de la Résistance

 

 

 Film proposé par Matthieu Carbonel

__________

 

27 Mars

La compassion : une idée forte, au centre de toutes les traditions spirituelles, qui nous appelle à renouer avec l’amour altruiste afin de mettre notre humanité au centre de notre monde.

 

Film proposé par Gabrielle Laghouati

 

 __________

17 Mars

Liliana Lindenberg à la 69e Foire internationale de Nice

 

Liliana Lindenberg, notre talentueuse responsable du pôle photographie de Brasil Azur, participe à une exposition à la Foire de Nice 2013, à la suite d’un concours photo réalisé par Nice-matin.

« Comme une bonne niçoise-carioca je lisais le journal Nice-matin où il était annoncé un concours photo. Quand j’ai lu le thème ‘‘Renversant’’, cette image m’est de suite venue à l’esprit ! Et voilà, elle a été sélectionnée avec 14 autres pour cette exposition »

Le résultat du concours sera annoncé demain, lundi 18 mars à 17h.

 

 

 

Même s’il faut toujours tenir compte d’une marge d’erreur due à d’autres facteurs que le talent et la compétence, il me semblerait tout à fait normal que Liliana soit la grande gagnante de ce concours. Car sa photo, si originale, est absolument renversante !!

Quoiqu’il arrive demain, je la félicite chaleureusement au nom de notre association. Liliana sait véhiculer cette image de qualité qui constitue l’un des objectifs majeurs de notre investissement culturel. Nous sommes fiers de la compter parmi nous…

 

 

 

 Filomena Iooss

 

 

 __________

5 Mars

P O I S S O N S

 

Avez-vous déjà plongé dans la Mer Méditerranée ?

C’est une mer chaude, à forte salinité et faibles marées.

La diversité des poissons y est exceptionnelle.

          Voilà pour la réalité   …

 

           Maintenant, pour la fantaisie   ….

On y fait des rencontres étonnantes !

Laissez-vous guider dans les profondeurs sous-marines !

 

Bar-racuda

 

 

                                                               Carpe postale

 

                                                               Carpe routière

 

                                                             Colin-maillard

 

                                                               Dora-de

 

                                                                     Lotte-rie

 

                                                              Merlu-sconi

 

                                                               Mit-hareng

 

                                                               Poisson clown

 

                                                          Poisson invisible

 

                                                            Raie-publique

 

                                                                                                                  Malou de Alberti                                                                                                         

________

28 Février

La non-violence, le chemin que nous devons apprendre à suivre

« Le terrorisme n’est pas efficace. Dans la notion d’efficacité, il faut une espérance non-violente. S’il existe une espérance violente, c’est dans la poésie de Guillaume Apollinaire: « Que l’espérance est violente » ; pas en politique. […] Il faut comprendre que la violence tourne le dos à l’espoir. Il faut lui préférer l’espérance, l’espérance de la non-violence. […] Aussi bien du côté des oppresseurs que des opprimés, il faut arriver à une négociation pour faire disparaître l’oppression ; c’est ce qui permettra de ne plus avoir de violence terroriste. C’est pourquoi il ne faut pas laisser s’accumuler trop de haine.

Le message d’un Mandela, d’un Martin Luther King trouve toute sa pertinence dans un monde qui a dépassé la confrontation des idéologies et le totalitarisme conquérant. C’est un message d’espoir dans les sociétés modernes à dépasser les conflits par une compréhension mutuelle et une patience vigilante. Pour y parvenir, il faut se fonder sur les droits, dont la violation, quel qu’en soit l’auteur, doit provoquer notre indignation. Il n’y a pas à transiger sur ces droits. »

                                                                                  Stéphane Hessel, Indignez-vous
                                                                                           (extrait choisi par F. I.)

 

 

Cet ancien Résistant est décédé hier, le 27 Février 2013, à l’âge de 95 ans.
Nous lui rendons un dernier hommage.

 

__________

23 Février

Samba Niçoise

C’est le titre original d’un vrai-faux polar exotique, ironique, lyrique et mélancolique… qui conviendra à merveille aux lecteurs de ce site culturel franco-brésilien et aux membres de l’association Brasil Azur qui siège à Nice…

En voilà un petit résumé :

« Jojo Coolos, petit enseignant frustré, a, depuis l’enfance, rêvé de Brésil. Et voilà qu’un jour il rencontre à l’aéroport de Nice une super-nana en partance pour Rio qui lui demande, affolée, de lui garder deux minutes ses bagages. Elle ne reviendra pas les chercher. Etourdi, ébloui, tombé amoureux, Jojo Coolos va tenter de percer ce mystère, de retrouver son inconnue et se fourrer dans un drôle de guêpier… Ainsi démarre, à toute vitesse, la vie de Jojo Coolos, la vraie. Car tout homme porte en soi un rêve de garimpeiro ».

Je me permets de préciser que le sens propre du terme « garimpeiro » est celui de chercheur de pierres et métaux précieux…

Comme le précise son auteur, cette histoire qui se déroule pour un bon tiers du roman au Brésil et le reste sur la côte d’Azur, aurait pu prendre pour titre symbolique « Le garimpeiro » ou tout simplement sa conclusion : « Brésil au cœur ».

Nous ne pouvons donc qu’accueillir… de tout cœur… Jean Emelina, écrivain niçois amoureux de la vie, « inlassablement touché par un monde qui, tour à tour, nous mine et nous illumine, et où se mêlent fureurs et tendresse, rires et pleurs, horreurs et splendeurs ». Voilà bien des points communs avec celle qui a l’honneur de le présenter sur cette rubrique…

Pour en savoir plus sur cet écrivain, je vous invite à lire la quatrième de couverture de son ouvrage, que vous pourrez vous procurer à la Fnac, à la librairie Masséna ou encore, pour les plus sédentaires, sur internet, via Amazon ou directement à « Baie des anges éditions ».

Bonne lecture à tous !

                                                                                                           Filomena Iooss

 

 

 

__________

16 Février

4 albums de l’un des plus méconnus acteurs de la scène du RIO 70′ enfin réédités !

 

Étouffé par les stars de la nouvelle vague (Jobim, Gilberto ..) ou du tropicalisme naissant (Mutantes, Veloso ..) le très chevelu Marcos Valle, chemise a fleurs, cheveux au vent et look de beau gosse blondinet est pourtant bien l’une des figures majeures de la musique brésilienne.

Il participera notamment activement à l’expansion de la musique brésilienne vers les États-Unis, s’acoquinant alors avec le meilleur prosélyte brésilien de l’époque, Sérgio Mendes.

En 1966, Marcos Valle écrit Samba de Verão, un classique (« So Nice » en anglais) qui parcourt le monde et les répertoires d’innombrables jazzmen et chanteurs, du Walter Wanderley Trio (sur l’album à succès Rain Forest) à Bebel Gilberto.

Ces jours-ci, vous pourrez découvrir ou redécouvrir 4 albums magiques du plus « hippie » des brésiliens, parus entre 1970 et 1973.

Quatre superbes témoignages d’une Bossa Nova/pop, audacieuse et essentielle qui vous transportera quelque part à la frontière imaginaire entre la bossa nova de Jobim, la pop des Beach Boys et la soul d’un Stevie Wonder

Tous superbement remasterisés par le non moins sublime label de Seattle Light in the Attic, à qui l’on doit déjà quelques superbes rééditions comme celles de Sixto Rodriguez ou Serge Gainsbourg

 

Jetez vos oreilles dessus !
                                                                                                           Sacha Juncker

 

 

Marcos Valles (1970)

Garra (1971)

Vento sul (1972)

Previsão do tempo (1973) 

 

http://www.youtube.com/watch?v=J1qbF0SBsGc

 

 

 __________

11 Février

Annonce

L’Amérique Latine au Bucéphale

 

                                                                                                              Josivan Bonfim
___________

 

8 Février

Annonce 

Bal de Carnaval, organisé par Nice Art International

À Nice, venez découvrir l’ambiance d’un authentique Bal de Carnaval brésilien, animé par l’orchestre  Connexion Rio-Nice  qui réunit une dizaine de musiciens d’excellence, brésiliens et niçois :
Nina PAPA (chant) Alvaro ESDRAS (guitare, chant)
Manu CARRE (saxophones) Béla LORANT (trombone) Philippe GIULI (trompette) 
Jean-Marc JAFET (basse) Fernando ALVES (batterie, chant) 
Allan JONES (percussions, chant) Piu Piu (percussions).

Une exceptionnelle variété de rythmes : Marche, Samba, Frevo, Olodum, Samba Reggae, Zouk, Disco, enfin toute la joie de vivre et de danser des Brésiliens à partager en participant au Bal de Carnaval brésilien (3ème édition). Suivez ce lien, il vous transportera dans cette incroyable ambiance dans laquelle vous pourrez vous immerger: 

http://www.youtube.com/playlist?list=PLetblY_Rj2rkvEyuUzWweRsxzSug-i02D

Il y aura de quoi vous restaurer et d’excellentes boissons brésiliennes.

C’est au très confortable et chaleureux Jazz Comédie Club que vous serez accueillis.
8 rue SCALIERO (Place Pellegrini par av. de la République)
Tramway ACROPOLIS.

Pour être sûr d’y avoir accès la réservation est indispensable : 04 93 14 34 28

Pour ceux qui viennent de loin, nous vous conseillons d’utiliser les Parcazur (liaison tramway), vous avez aussi les parkings Promenade des Arts (MAMAC/Garibaldi) et Acropolis/Jean Bouin (Palais des Expositions) à proximité.

Alors, préparez vos costumes !  Vous aurez 10% de réduction si vous allez de notre part au

le magasin mythique de Nice (anciennement Ruggieri) 

11 rue du Lycée (Masséna) Tél : 04 93 85 33 33

ou bien sur le net :  http://www.festival-articles-fetes.fr/

 

 

__________

27 Janvier

Malou de Alberti

France ou Brésil ….       la couleur, c’est la vie …….

 

cERTAINS  ROULENT  DES  MEcANIQUES ,

                        D’AUTRES  ROULENT  DES  YEUX  . . .

                        ON  PEUT  AUSSI  ROULER  LES  « R »

                        ET  SURTOUT , SE  ROULER  LES  POUcES  !

 

                        JE  NE  ROULE  PAS  SUR  L’OR  ,

                        JE  NE  ROULE  PERSONNE

                        ET  JE  ME  cONTENTE  DE ROULER

                                               QUELQUES  PAPIERS  !

 

                                              ET  VOUS ,  çA ROULE  ?

 

Mais qu’est-ce que c’est ?     Pétards, crayons, dos de livres ….  piles ?

A vous de chercher  ! …

Tous ces rouleaux de papier ont été découpés dans des illustrés, magazines ou publicités !

Chaque tableau existe par une harmonie de couleurs, un thème et un effet d’optique provoqué par la disposition géométrique.

Le titre se trouve toujours inscrit sur l’un des rouleaux.

                                                 A vous de chercher ! …

 


              
(Voir d’autres tableaux de Malou de Alberti dans la Galerie photos de ce site)

Couleurs basiques, messages clairement exprimés dont l’humour n’est pas absent, petits tubes obsessionnels placés parfois sous forme de marches d’escaliers de labyrinthe.

Intéressant jeu de dame à décoder.      

                                                                                   Anne Lovreglio  1999 Nice

 

Séduction bien roulée !

Une pétillante artiste … son art nous surprend mais c’est avec ce concept original qu’elle nous entraine « au concert » au « au cinéma » ou « à travers les vignes ».

Travail de patience, de beauté au naturel et de géométrie artistique.

 

                                                                                  Claude Gouet 1999 Cotignac

 

__________

27 Janvier

 NEIGE

                                                                      oh!

                                                                    c’était

                                                                   une nuit 

                                                              de pleine lune,

                                                            on y voyait comme

                                                         en plein jour, une armée

                                                    de nuages aussi cotonneux que

                                                        des flocons vint masquer le ciel.

                                                ils étaient des milliers de guerriers blancs

                                             à prendre possession du ciel,

                                           C’était l’armée de la neige ……


 de Maxence Fermine

 

 

 

 

 

 

                                                                                                     Photos de Malou de Alberti

 

__________

20 Janvier

Kakau Höfke

É artista plástica, trabalha com design gráfico, e é uma carioca apaixonada por sua cidade. Suas criações sempre fazem referência ao Rio de Janeiro, mas não é somente na cidade maravilhosa que Kakau desenvolveu suas aptidões. Ela estudou em Paris, na Parsons School of Design, e morou na Europa por alguns anos.

Foi no ano de 2007, que a designer elegeu sua terra natal como tema das suas criações. Isso se reflete em suas últimas obras que tinham o Corcovado, o Pão de Açúcar, a Pedra da Gávea como inspiração. Ela foi uma das artistas convidadas para ilustrar as sacolas das lojas norte-americana Macy’s, durante a campanha « Brasil, a Magical Journey ».

Agora, Kakau traz sua linha de almofadas feitas em tecido, em versões coloridas e estampadas com temas tipicamente cariocas.

http://www.brazilianpress.com/20120517/local/noticia07.htm

                                                                                                               Liliana Lindenberg

__________

16 Janvier

Journal d’un corps

«  34 ans, 6 mois, 9 jours                                                                      Samedi 19 avril 1958

[…]

Lison est à l’âge où l’enfant engage son corps entier dans le dessin. C’est tout le bras qui dessine : épaule, coude et poignet.

[…]

34 ans, 6 mois, 9 jours                                                                      Dimanche 20 avril 1958

 

À regarder Lison dessiner, j’ai revécu mon apprentissage de l’écriture. De sa guerre, mon père avait rapporté quantité d’aquarelles où il avait saisi tout ce qui n’était pas affecté par le grand pilonnage. Des villages entiers pendant les premiers mois, puis des maisons isolées, puis des bouts de jardin, des massifs de fleurs, une fleur tout seule, un pétale, une feuille, un brin d’herbe, par une sorte de saisie décroissante de son environnement de soldat qui disait l’absolue dévoration de la guerre. Uniquement des images de paix. Pas un seul camp de bataille, pas un drapeau, pas un cadavre, pas un brodequin, pas un fusil ! Rien que des restes de vie, des miettes colorées, des éclats de bonheur. Il en avait des cahiers et des cahiers. Dès que ma main put se refermer sur un crayon, je m’amusai à détourer ces aquarelles. Loin de s’en offusquer, papa me guida ; sa main sur la mienne il m’aidait à donner à la réalité que ses pinceaux avaient ébauchée le contour le plus exact possible. Du dessin, nous passâmes à l’écriture. Sa main toujours guidant la mienne, un porte-plume en place du crayon, il me faisait ourler des lettres après m’avoir fait détourer des marguerites. C’est ainsi que j’ai appris à écrire : en passant des pétales aux hampes et aux jambages. Trace-les avec soin, ce sont les pétales des mots !  »

                                                                                                               Daniel Pennac 

                                                                                                               (choisi par F.I.)

__________

16 Janvier

Arraial do Cabo – Rio de Janeiro

 

 

 

 

                                                                                                       Liliana Lindenberg

__________

13 Janvier

Le Brésil à l’avant-garde du « libre »

Pour les ordinateurs, la guerre des « Systèmes d’exploitation » (ou « OS » : « Operating System ») n’a laissé que deux vainqueurs, tous deux « fermés », « propriétaires » et américains (USA) : « Windows » de Microsoft, qu’on trouve sur des milliers de modèles différents, et l’OS d’Apple qu’on ne trouve que sur ses propres modèles, les Macs. Les logiciels « libres » Linux n’ont touché le grand public qu’au moment de la sortie des premiers « Netbooks » (comme ceux d’Asus). L’arrivée des téléphones intelligents (« Smartphones ») et des tablettes a modifié ce paysage : si les OS des iPhones et iPad d’Apple sont toujours fermés et propriétaires, le système Android créé par une start up rachetée par Google (américain) a été implanté sur la plupart des smartphones et tablettes des autres marques. Il contient un noyau « Linux », il est gratuit, il est plus « ouvert » (chaque fabriquant utilisateur peut le modifier), mais il n’est pas « libre ». La fondation Mozilla, qui conçoit et diffuse les célèbres et libres navigateur « Firefox » et messagerie « Thunderbird », a décidé de créer un OS libre et ouvert : « FireFox OS ». Le but : permettre de vendre des Smartphones de « moyenne gamme » au prix des smartphones d’«entrée de gamme». L’enjeu est donc important, surtout pour les pays « émergents », mais il faut que cet OS soit implanté d’origine sur ses appareils : c’est ce qui va se passer au Brésil en 2013 où ZTE (chinois) fournira à l’opérateur Telefônica Vivo les premiers Smartphones ainsi équipés.

                                                                                                       Jean-Paul Louis-Lambert

__________

13 Janvier

« Les invisibles », de Sébastien Lifshitz

Cinéma Mercury

Dans cette période de controverse du mariage pour tous, de la contestation de l’intime des êtres et de leur droit au bonheur, « Les Invisibles » de Sébastien Lifshitz est un film ou plutôt un documentaire absolument passionnant sur un pan de notre histoire, celle d’hommes et de femmes qui dans le courant contestataire de Mai 68 ont librement choisi de vivre pour la première fois leur homosexualité au grand jour… Le metteur en scène a filmé 10 histoires de vie, pleines d’humour, d’amour, de liberté de ton et de joie de vivre. Ce film est un hymne à la liberté de vivre sa différence dans l’harmonie de couples hors normes. Les récits de vie sont franchement drôles, tendres, espiègles et parfois crus mais jamais vulgaires… Les années 60-70, celles de leur jeunesse et de leurs amours révélées, c’est surtout l’histoire de leur combat à contre-courant pour oser révéler au monde leur nature profonde…et conquérir leur liberté d’exister autrement.

C’est un film fort, drôle, émouvant, attachant qui parle de la vie, de l’énergie déployée pour faire évoluer les consciences et la représentation qu’on se faisait alors de ceux qu’on qualifiait de pervers… ces couples revendiquaient juste de « faire l’amour » sans peur et sans reproche. Ces vieux, hommes et femmes qui témoignent, sont drôles, attachants, tendres, touchants, authentiques et ont bien des leçons de vie et d’amour à donner à ceux qui s’interrogent encore sur la légitimité de leur choix de vie. Si aujourd’hui l’homosexualité n’est plus un délit… mais quel combat fut le leur, ce film leur rend un vibrant hommage et c’est un vrai moment de bonheur cinématographique.

Pour lire et écouter sur internet France culture les vidéos sur le film et les extraits des témoignages. http://www.franceinfo.fr/cinema/le-zoom-culture/les-invisibles-de-sebastien-lifshitz-816209-2012-11-28

                                                                                                               Gabrielle Laghouati